Imprimer

Antoine Mauclerc 900

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

  ANTOINE de MAUCLERC  

 

Quel est cet individu perruqué qui nous observe ainsi ?

Louis XIV ???

Je me suis soRue Mauclerc Lorientuvent demandé qui pouvait être cet homme étrange, à la longue et majestueuse perruque, trônant ainsi dans le salon de la maison familiale...

Au dos il y avait bien une étiquette écrite par Angélique de Rémont précisant qu'il s'agissait d'Antoine de Mauclerc, qu'il descendrait d'une famillle bretonne issue de Pierre de Dreux dit Mauclerc.

Il n'en est rien. Nous descendons effectivement de Pierre de Dreux mais pas par la branche Mauclerc. Antoine n'est donc pas un descendant de Pierre 1er de Bretagne. Il n'en demeure pas moins un illustre personnage.

A la lecture des différents documents le concernant on constate qu'avant lui, il n'y avait à Lorient qu'un entrepôt de la Compagnie des Indes (l'Enclos). Ni église, ni habitations. Commissaire Général et ordonnateur de la marine, il a fait bâtir sa maison et s'est installé, avec le personnel de la Marine royale à ce qui allait devenir la ville de Lorient et c'est à son initiative qu'a été construite la première église, l'église Saint-Louis.

Les archives abondent de documents qui relatent l’action d'Antoine (2e du nom) de Mauclerc, commissaire général de la marine sous Louis XIV, ordonnateur de la marine à Port-Louis et Lorient.

Mais qu’est-ce qu’un ordonnateur sous Louis XIV ?

 

 L'historien H.F. Buffet de l'université de Rennes nous l'indique :

"Un commissaire ordonnateur exerce dans l'arsenal des fonctions toutes semblables à celles des intendants de Brest et de Rochefort. 

Son travail était immense. Il avait dans ses attributions la prévoyance des fournitures et des approvisionnements, la surveillance et la direction des travaux du port, des constructions et des armements, le recrutement des équipages et des soldats, l'organisation de la défense des côtes, la comptabilité générale et particulière, le service de santé, l'aumônerie, la police de l'arsenal et, par empiètement, la police du bourg de Lorient. Il était l'agent du pouvoir central auquel il écrivait plusieurs fois par semaine, auquel il soumettait toute question. Son obéissance totale ne supprimait d'ailleurs pas en lui la personnalité. Il proposait des réformes. Il expliquait sa manière de voir. Dans les cas d'extrême urgence, il prenait lui-même des initiatives. Toujours harcelé par le ministre. Il déploya, quel qu’il fut, une activité débordante, courant du Port-Louis à Lorient, de Lorient au Port-Louis, donnant à cet arsenal mal outillé, mal disposé, un rendement extraordinaire. Rien ne lui échappait. Tous les ouvriers, tout le personnel administratif, étaient dans sa main et, chaque soir, les officiers civils venaient lui rendre leurs comptes et recevoir ses ordres. Son poste était dans l'arsenal, où il occupait en majeure partie la maison des directeurs, mais il avait aussi, du moins temporairement, une demeure au Port-Louis où il venait pour inspecter les vivres, les soldats, l'hôpital, pour finir les armements et aussi « pour estre plus tost adverty si la flotte y arrivoit ». Durant le règne de Louis XIV, il y eut officiellement quatre ordonnateurs qui se succédèrent au Port-Louis. Ce furent Céberel, Mauclerc, Duguay et Clairambault, mais Duguay ne vint pas dans son département. Antoine de Mauclerc occupa le poste de décembre 1689 à mars 1690 puis de janvier 1696 à sa mort en juillet 1703."

 

Antoine de Mauclerc est notre ascendant direct à la 10e génération. 

 C'est dans ce poste qu'il eut les plus lourdes charges et responsabilités.

Je vous propose de consulter quelques-uns de ces documents qui témoignent à la fois de l’importance de ce personnage, mais aussi de la pertinence de son action.

La Marine royale partageait les vastes entrepôts de  "Compagnie des Indes orientales" avec laquelle il dût en permanence négocier.

Eglise St Louis Lorient

Il eut pour mission de créer un arsenal royal semblable à celui de Rochefort, mais les financements ne vinrent jamais. Lorsque les ouvriers et les commerçants furent chassés de l'enclos, propriété de la Compagnie des Indes orientales, il s'établit avec la population sur la lande du Faouédic pour "y créer une véritable ville". Avant lui, Lorient n'était qu'un village sans même une église. Il posa la première pierre de la première église de Lorient, l'église St Louis. Mais sa mort survint avant que ce lieu de culte, réelle identité d'une cité au début de ce XVIIIe siècle, soit achevé. Cette 1re église Saint Louis fut détruite pendant la 2e guerre mondiale.

Sa première épouse, Suzanne Schurmann du Péré décéda le 14 janvier 1700 d'une cruelle épidémie qui décima Hennebont, Ploemeur et Lorient.

 Eglise St Louis Lorient 1908     église St louis ravagee

bt mauclerc book

et pour ceux qui voudraient en savoir davantage un document extrait de l'étude en 1937 d'un universitaire rennais Henri François Buffet.

 

Le nom d'Antoine de Mauclerc a donc acquis droit de cité à Lorient. Cependant, par un regrettable oubli dont les exemples ne sont que trop fréquents, les édiles lorientais de 1763 supprimèrent le nom de Mauclerc que le vulgaire avait jusqu'alors donné à la rue où notre ordonnateur avait construit son habitation en 1700 pour lui substituer celui d'Étienne Perault qui, lui-même, fut éphémère, car les services rendus par ce premier maire de Lorient ne le sauvèrent pas de l'ostracisme de 1792, dont le résultat fut d'effacer tous les noms historiques portés par les rues et les places de la ville. Actuellement, l'ancienne rue de Mauclerc et Perault se nomme rue de la Mairie.

Henri-François Buffet, 1937

 

Il y a à nouveau, depuis 1957, à Lorient une "petite" rue au nom de Mauclerc juste à côté de la rue au nom du "Grand" directeur de la Compagnie des Indes Céberet, qui reçut Mme de Sévigné ! (voir délibération du Conseil municipal ci-dessous)

Ironie de l'histoire, selon HF Buffet, ce Céberet n'a eut de cesse de s'opposer à l'action de Mauclerc à tel point que Mauclerc dut être éloigné, pour être rappelé par la suite !

Jusqu'à ma récente intervention aucune référence à Mauclerc aux archives de la ville de Lorient si ce n'est un échange de courrier avec le ministre au sujet d'une usine de biscuits... Ainsi que le dit Buffet "regrettable oubli".

 

deliberation1957 rue Mauclerc

bt Lorient L XIVceberet mauclerc

bt arsenal

     L porte indes