Une nouvelle version plus simple du blog familial. Ici vous pouvez vous exprimer librement si vous êtes parmi les heureux bénéficiaires d'un accès "famille et amis".

Dans un premier temps cette page est publique, donc lisible par tous, mais seuls peuvent y écrire les utilisateurs du "Coin des proches".
Dîtes ce que vous en pensez. Si nécessaire, il est possible de faire passer ce blog dans la partie réservée. A voir ...
Mais n'hésitez pas à vous exprimer... Pour ce faire, connectez-vous, cliquer sur le bouton à droite "Ecrire sur le blog". Un éditeur de texte de type Word s'ouvre. Et vous n'avez plus qu'à vous exprimer ! Mais n'oubliez pas de donner un titre et de sauvegarder... En bas. Votre intervention sera mise en ligne dans les prochains jours.
Une précision : vous pouvez toujours revenir (si vous vous êtes connecté) sur un article que vous avez vous-même rédigé. Il suffit de cliquer sur la petite roue dentée roue dentéequi apparaît en haut à droite du texte et de sélectionner "Modifier".


etoiles monsalut

LE BLOG :

49749


 

Nous venons d'apprendre la triste nouvelle de la disparition de notre cousin d'Amérique.

Renaud

Nous nous joignons de tout coeur au chagrin de son épouse et de ses enfants.

Je joins ici des témoignages en Anglais que m'a transmis son fils Nicolas :

Un don de Solange il y a une dizaine d'années : des documents parus sous l'occupation.
Pour commencer une série de dessins de Sennep, caricaturiste de droite mais opposé à la collaboration.
Chaque semaine vous aurez droit à un nouveau dessin.

Nous sommes allés voir le film Petit Pays.

Je tenais absolument à le voir pour plusieurs raisons :

  • Le Burundi est un pays que je connais bien puisque j'y ai vécu 8 ans de 1980 à 88 (donc à une période relativement calme). Et je connais également assez bien le Rwanda voisin où je suis souvent allé.
  • Je connais Gaël Faye, l'auteur du livre, qui était notre voisin (il avait 4 ou 5 ans à l'époque) et surtout je connaissais bien son père qui était un ami avec lequel je faisais souvent des randonnées à moto.
  • J'ai bien sûr lu le bouquin (romancé) de Gaël qui a obtenu il y a 2 ou 3 ans le prix Goncourt des lycéens.paysage gael faye compressor
  • Le sujet traîté est le même que celui de mon montage "Mille Collines" présent sur ce site.

Pourtant ce film m'a mis mal à l'aise alors que j'avais apprécié le livre.

Le sujet est bien sûr tragique. Et on sort en se disant : "Quelle bande de sauvages !" (première gêne...)

Mais aussi il ne me paraît pas bien traité :

En fait le scénario se déroule alternativement dans les 2 pays Rwanda et Burundi. J'ai eu du mal à situer certaines scènes et pourtant je connais les 2 pays, le contexte et leur passé politique. Un fréquent va et vient entre ces 2 pays est déstabilisant d'autant que tout le film est tourné au Rwanda, l'équipe n'ayant pas eu l'autorisation des autorités burundaises.

Je doute que les spectateurs aient compris qu'après une évocation assez rapide du génocide rwandais, une grande partie du (trop) long film se déroule au Burundi. Je crains la confusion dans l'esprit du spectateur. Et pourtant le livre et le film ont l'intérêt de souligner un fait trop souvent ignoré : il s'est passé à peu près la même chose au Burundi.

En 1993 des élections libres sont remportées par Melchior Ndadaye, un hutu. Un coup d’état mené par l’armée burundaise (presqu’exclusivement constituée de tutsis) déclenche une nouvelle guerre ethnique. Des centaines de milliers de victimes sont massacrées dans les deux camps…

Ces faits sont peu ou mal explicités dans le film.

Peu importe direz-vous : on constate la même haine entre ces deux ethnies (mais peut-on parler d'ethnies différentes ??? : les historiens et ethnologues en débattent toujours...). Des scènes d'une violence extrême commises de part et d'autre.

De plus la bande son est peu audible : de nombreuses scènes chuchotées nous ont échappé. Mais peut-être est-ce dû à la sonorisation de la salle de Cestas. Pourtant elle n’est pas mauvaise d’habitude...

Bref, je suis sorti de cette séance très mitigé.

Le Rwanda et le Burundi ne sont-ils que des pays où l'on s'entretue ? Peuvent-ils se résumer à cela ?

Personnellement j'y ai passé de très belles années. Non seulement par le confort de ma vie de coopérant français. Mais aussi parce que j'ai pu y faire un travail intéressant auprès et avec des burundais que j'ai apprécié. Mais il faut reconnaître que les rapports humains entre africains et européens étaient moins chaleureux que ceux que j'ai pu connaître dans d'autres pays d'Afrique. Un certain malaise. Le souhait de ne pas aborder certains sujets ?

Et pourtant... quels beaux pays !

Vous pouvez avoir un aperçu de cette beauté en regardant mon court-métrage photos "Mille collines".

Veuillez excuser la qualité des photos anciennes (donc scannées) qui n'est pas toujours excellente.

NB plus réjouissant :

Contrairement au scénario, le père de l'auteur, mon ami Patrice, n'est pas mort. Il vit paisiblement à Lomé au Togo !

Lire aussi l'interview de Gaël Faye dans "Le Monde" du 28 août 2020.

 

Samedi 27 juin

C'est la fin de ce séjour dont nous conserverons un très bon souvenir... sauf de la dernière nuit !

Impossible de dormir... La fille du propriétaire a invité à camper une vingtaine d'amis qui ont fait du bruit TOUTE la nuit. On a bien essayé de fermer le Velux pour moins les entendre mais nous étouffions. Dès que les cris semblèrent diminuer, j'ai rouvert la fenêtre. Mais à peine la chose faite... reprise de plus belle du vacarme ! Et au petit jour claquement des portes de voitures. Bref, une nuit blanche alors que nous avions plus de 600 km de voiture à assurer.

Dès 7h, valises, rangements et nettoyage à fond du gîte. Départ vers 11 h comme prévu. Et bien sûr une conduite diificile car nous étions tous deux épuisés.

Arrivée à Monsalut vers 18h. Danièle se lamente de constater l'état de ses fleurs et tout de suite, elle prend le tuyau d'arrosage pour bien leur signifier qu'elle est de retour. Galha ne regarde même pas les fleurs. Elle est ravie de retrouver SA propriété. Même si elle n'est pas contente se constater qu'il y a encore du monde le long de SON étang ! Et elle va pouvoir chasser les sangliers qui ont envahi le jardin en notre absence... Et pour moi de longues séances de tonte et de tracteur s'annoncent !

Bref ! Nous avons fait un super voyage, mais il était temps que nous rentrions.

XG

 

 


 

Vendredi 26 juin

Dernier jour de visite. Le temps est gris et froid mais il ne pleut pas. Matinée comme d'hab à flâner, à se reposer. Nous avions entrepris de déjeuner à l'extérieur sur la terrasse mais il fait tellement froid que nous nous replions dans le séjour.XG4 0788 1200

Nous décidons de partir à la conquête de l'ouest. Nous programmons "La Roche Jaune". Nous nous arrêtons près d'une chapelle et trouvons le GR 34. Après avoir marché un bon bout sur une route, nous décidons de chercher un lieu plus champêtre et plus adapté au rythme et errements de Galha. Par on ne sait quel miracle nous nous retrouvons à peu près à l'opposé d'où nous voulions aller.

Nouveau changement de programme : Nous partons à la Pointe du Château. Au passage nous retrouvons des terres déjà rencontrées lors du séjour avec Mario Marin : le clocher tordu de l'église de Plougrescant et la célèbre maison coincée entre 2 rochers.

La mer est basse, le temps grisâtre mais le site de la Pointe du château est sublime !!!

Dommage, nous sommes plus ou moins contraints de tenir Galha en laisse...

Peu de marche aujourd'hui mais des découvertes d'une mer hérissée de multiples rochers ce qui procure un spectacle lunaire, choatique, mystérieux et inoubliable. 

On décide de terminer notre séjour par un petit restau de poissons. Notre dévolu se porte sur le restaurant du Yacht-Club de Lézardrieux, recommandé par notre hôte Philippe. Site agréable au bord du port de plaisance. Nous nous trouvons atablés à côté (distanciation physique respectée) de... Eric Orsena que je reconnais immédiatement. La serveuse me confirme que c'est bien lui et qu'il a ses habitudes ici.

Question fruits de mer c'est un peu la pénurie, ce qui déçoit Danièle. Elle pourra malgré tout déguster huîtres et moules frites.

Pour moi ce sera un excellent Fish & chips.

Retour pour notre dernière nuit au gîte de "La mer est dans les bois".

 XG

pano XG4 0793


Jeudi 25 juin

Normalement... ce matin on devrait aller à la jardinerie à Paimpol. Notre hôte, Philippe, a donné des idées à Danièle et elle doit absolument acheter un bouquin sur la permaculture. Mais notre rythme, me fait douter...

Pas grave ! On est en vacances. Et Danièle crochette toujours et tente de résoudre de délicats problèmes d'intervalles. Mais elle se repose enfin. Fini le rythme infernal de Monsalut !

Et moi j'ai un message de Martine, ma copine de généalogie. Je ne résiste pas à lui répondre. Alors ???

Pari réussi ! On a pu aller à la jardinerie avant midi. Mais déceptioXG4 0754n : ils n'avaient ni le livre souhaité ni les hortensias convoités. Le lot de consolation sera pour Galha restée dans le gîte : oreilles de cochon séchées et gros nonos pour le voyage de retour.

Repas à l'extérieur mais chaleur excessive. Pendant la sieste nous branchons la clim dans le séjour ! On se croirait en Afrique. Nous qui pensions être en Bretagne...XG4 0769

14h 30, nous descendons pour profiter de la climatisation. Danièle reprend son crochet. Elle est très contente car malgré les problèmes d'intervalles elle a réussi à passer des cercles aux carrés. Victoire!

Vers 16 h départ pour la balade quotidienne. Le temps est moins chaud. Nous allons à Lancern, joli village de forêt avec vues sur l'estuaire. Une chapelle 19e sans véritable intérêt. Nous partons à la recherche de croix mérovingiennes signalées sur la carte IGN. En fait, il s'agit de croix monolithiques du XIIIe. Intérêt limité. Mais environnement assez joli. Retour au gîte après 2 bonnes heures de marche.

XG


Mercredi 24 juin

IGNmarche24juin 1200Lever cool vers 9h

Petit dej cool

Repas cool

Sieste cool

Départ vers 15h 30 pour Loguivy

Nous avons décidé de prendre le GR 34 dans l'autre sens vers l'ouest.

Nous souhaitons garer la voiture au plus près du départ du sentier pour éviter le supplice de la laisse à Galha. Il y a bien un parking à proximité mais aucune place disponible… Nous devons donc aller plus loin. Nous finissons par trouver une place mais il faut repartir… avec la laisse. Nous aurions mieux fait de stationner sur le parking du port comme dimanche.XG4 0746

Le sentier longe la côte le long de l’estuaire du Trieux. Un très beau sous-bois mais… ça monte, ça descend, ça monte, ça descend… Vue magnifique mais randonnée épuisante ! La marée est montante. Des escaliers des rochers et encore des escaliers. Nous passons la Roche aux oiseaux et arrivons à une belle plage de galets face à l’îlot Roc’h ar Hon sur lequel trône une unique et superbe villa.

Mais nous n’avons pas envie de ré affronter tous ces escaliers… Nous cherchons donc à regagner la civilisation au plus vite. Et nous trouvons. Nous sommes dans un lotissement. Mais où ? On va un peu au pif. Danièle me suit avec scepticisme. Mais à la sortie d’une route que nous avons failli ne pas prendre… je découvre notre voiture !

Nous repartons clim à fond et laissons le GPS nous conduire à bon port. De chemins en routes à peine carrossables nous traversons des contrées inconnues. Selon le GPS nous ne sommes qu’à 3 ou 4 km de notre hébergement. Et nous découvrons de beaux sous-bois et après avoir sans doute fait le double de km, nous arrivons « chez nous ». Merci GPS pour cette petite virée originale.

XG4 0738

 XG

 


Mardi 23 juinDSCF0187

 Il fait beau, il fait chaud. Nous profitons de la terrasse. Pas bien grande mais c'est agréable. Toute la journée tirs de fusils pour éloigner les oiseaux. L'après-midi juste une petite balade vers la gare. En soirée nous avons regardé un film un peu déjanté : Notre Dame.

XG

 


Lundi 22 juin

Lever vers 6 h 30 réveillés par Galha qui s'ébroue pour nous signaler qu'elle veut sortir.

XG4 0688wbBeau temps mais à peine 10°C au petit matin.

Belle campagne sous la brume matinale pour aller à la boulangerie. Dès 7h pour reconstituer la réXG4 0715wbserve de pains et de viennoiserie. 

Petit-déj. copieux puis matinée tranquille. Le déjeuner à la crêperie est reporté pour cause de lundi... (??)

Nous partons vers 15h visiter le parc du château de La Roche-Jagu. Ce fameux château que nous apercevons depuis plusieurs jours sur la rive opposée.

 Très beau parc très bien entretenu des canaux et fontaines originales et une belle vue dominante sur.... notre forêt de Penhoat et le maison de l'estuaire. Danièle est ensuite allée voir les jardins pendant que je gardais Galha qui a peu apprécié cette balade au cours de laquelle elle dut souvent être en laisse...

Assoiffés nous sommes partis à la recherche d'une fontaine (à bière) du côté de Tréguier.

Assez beau village (pardon : évêché) avec encore beaucoup de maisons médiévales et une grande cathédrale que nous n'avons même pas eu le courage de visiter. C'est la faute de Galha. Retour à Penhoat vers 19h. Soirée crochet et généalogie. J'ai un message de ma cousine de généalogie qui me permet de progresser d'une génération dans la branche Guibert. 

 

 


Dimanche 21 juin

Fête de la musique confinée et fête des pères.

Il fait beau !!! Et ça doit durer.

Matinée calme, au soleil naissant sous le parasol de notre petite terrasse.XG4 0660b

Appel de Fabrice, puis d’Aurélien pour la fête des pères.

Premier repas dehors. Nous décidons de sacrifier la sieste pour ne pas trop retarder le début de notre périple du jour. Nous envisageons d’aller jusqu’à Loguivy pour entamer une partie du GR 34. Initialement nous envisagions d’aller vers l’ouest pour remonter l’estuaire du Trieux, mais l’examen des lieux et de la carte nous décide à aller vers l’est en direction de la pointe de l’Arcouest.

20200621 160146wGrand bien nous en a pris car après un départ un peu urbain le long de la plage, nous arrivons sur un petit sentier qui longe une superbe côte découpée. La marée est basse mais montante. Puis le chemin monte ce qui nous permet d’avoir une vue magnifique sur l’île Bréhat et ses multiples îlots. L’horizon ne laisse apparaître aucun débouché sur l’océan tant les rochers sont nombreux.

Alors que nous nous apprêtions à rebrousser chemin par le même itinéraire, un sympathique septuagénaire nous conseille de prendre un autre sentier. C’est justement ce que nous avions envie de faire mais la carte ne nous avait pas permis de choisir un circuit hors route.

Ce circuit nous mène vers un plateau dominant toute la baie. La vue est magnifique. Une statue en hommage à l’ouvrage de Pierre Loti « Pêcheurs d’Islande ». Galha y rencontre de nombreux congénères mais elle est un peu effrayée par leurs avances pourtant enthousiastes. L’un d’eux boit allègrement dans le bol que Danièle réservait à Galha.

XG4 0680 2

Nous poursuivons ce chemin et retrouvons effectivement le GR un peu avant la plage le long d’une plantation d’énormes feuilles ressemblant à du chou. Après enquête, il s'avère que ce sont des rhubarbes du Brésil.

Une petite crêpe avant le retour au gîte nous permet de terminer cette belle journée bretonne.

Au retour un appel d’Olivier pour la fête des pères.


XG 

 

XG4 0687w              XG4 0685w

 

Samedi 20 juin

Il paraît que c'est l'été !

Pas vraiment convaincus : il fait froid et des nuages envahissent encore le ciel.

Matin repos pour dorloter le torticoli de Danièle. Gahla rêve d'aller flirter avec les petits roquets de la rue. Elle franchit le talus de notre gîte pour aller les rejoindre. Tant pis pour elle, nous la rentrons !

L'aprés-midi nous poursuivons notre découverte des alentours en allant à la maison de l'Estuaire. Très belle route, mais nous sommes déçus de constater qu'elle est goudronnée sur toute la distance. Et surtout une grande partie de notre périple est accompagné par de multiples coups de fusils ! Bonjour la quiétude de la promenade...

Danièle est terrorisée à l'idée de recevoir quelques plombs perdus ou que les chasseurs confondent Galha avec un renard ! 

La rencontre de promeneurs habitués au secteur nous apprend qu'il y a un ball trap à proximité. Les chasseurs ayant obtenu un bail de 25 ans avant la prise en charge du domaine par le conservatoire du littoral, impossible de déloger ces perturbateurs ! Mais heureusement le bail vient bientôt à échéance

Nous arrivons enfin à la maison de l'estuaire. C'est l'ancienne maison de Quéméneur, mystérieusement disparu en 1923.

Cette affaire a valu une condamnation à Guillaume Seznec, condamnation toujours dénoncée par sa famille.

Autour de la maison de sympathiques jeux réalisés avec le bois local : un site très convivial lorsque l'on n'entend plus les tirs des chasseurs.

Juste à côté une halte du TER Guiguand-Paimpol. Pour que le train s'arrête, il faut faire signe au conducteur !

Vendredi 19 juinXG4 0614a 1 en tant quobjet dynamique 1

Temps couvert une fois de plus mais pas vraiment de pluie.

Journée tranquille.

Danièle a toujours son torticoli qui la gêne beaucoup.XG4 0622b

Nous sommes revenus à Coat Ermit qui porte bien son nom... Des bâtiments qui, à priori, semblent désaffectés mais qui renferment un gîte complètement isolé mais avec une vue superbe sur l'estuaire du Trieux et sur le château de la Roche-Jagu situé sur la rive opposée.

Un chemin balisé en jaune au début qui nous dirige vers.... une improbable maison de garde-barrière évidemment désaffectée.

Un petit tunnel nous permet d'accéder à l'autre côté de la voie ferrée. Nous poursuivons le sentier qui nous amène sur la rive du Trieux. Puis trois sentiers se présentent... Aucune balise, mais ayant aperçu une construction, je choisi l'un d'eux qui nous dirige vers... la maison du garde-barrière ! Nous regagnons donc notre hébergement par le même chemin qu'à l'allez.